Détection - Prévention et gestion des conduites suicidaires

 

Outil clinique
Détection des personnes à risque suicidaire

 

DÉTECTION

 

Le guide explicatif du projet de Loi 21 définit la détection comme une :

Activité qui consiste à relever des indices de trouble non encore identifié ou de facteurs de risque dans le cadre d’interventions dont les buts sont divers. La détection ne repose pas sur un processus systématisé, mais elle s’appuie sur la sensibilité des intervenants auxdits indices. (2013 p. 31)

 

Comme il ne s’agit pas d’une activité réservée, la détection peut être effectuée par toute personne qui se préoccupe de la sécurité d’un proche ou d’un usager. Dans le contexte hospitalier, la détection se fait de façon continue par tous les intervenants de l’équipe en étant sensible à différents indices de vulnérabilité.

 

Pour effectuer la détection d’une personne vulnérable au suicide, l’infirmière doit être en mesure d’identifier :

  • Les groupes à risque : Certains groupes de personnes peuvent être plus à risque suicidaire et les connaître permet d’être plus alerte au risque suicidaire (OIIQ, 2007, RNAO, 2009).
  • Les signes avant-coureurs de suicide : Il s’agit des indices par lesquels la personne manifeste sa détresse. Pris seuls, ces signes ne sont pas spécifiques ou exclusifs à une crise suicidaire. Toutefois, la combinaison de plusieurs signes, comme des propos ou des changements de comportement, doivent constituer des signaux d’alarme pour l’entourage (OIIQ, 2007, RNAO, 2009).
  • Les moments critiques : Les idées suicidaires peuvent apparaître rapidement ou refaire surface lorsque la personne vit des événements stressants (ex. : pertes, échecs) ou des situations de vulnérabilité (ex. : rupture, transition). Il est important d’être attentif aux réactions de détresse d’une personne vulnérable qui vit un moment critique.

Lorsqu’une personne a des doutes ou se préoccupe pour quelqu’un, elle peut valider ses impressions en consultant le tableau de la page suivante et référer la personne à un professionnel qui sera en mesure d’assurer le suivi clinique ou à un organisme de prévention du suicide.

 

NDLR : Le terme DÉTECTION est préféré à celui de REPÉRAGE qui est parfois utilisé dans d’autres ouvrages en raison de la définition officielle proposée dans le Code des professions et qui départage clairement les niveaux de responsabilités.

 

 Références bibliographiques


Reproduction autorisée avec mention de la source : Association québécoise des infirmières et infirmiers en santé mentale.